par Pierre Dubois et Xavier Hussön

Amis du vendredi, bonsoir !

Ce n’est pas de botanique ou de propriétés que je vous parle aujourd’hui mais d’un aspect bien souvent oublié : les contes et légendes.

Sans doute les avez-vous oublié, ces vieux grimoires remplis de secrets. Vous ne vous y intéressez plus, les laissez sur les étagères, vieillir en silence parmi la poussière et les insectes. Le seul avantage que vous y trouvez est décoratif : ils servent à habiller l’intérieur et, parfois, vous les ouvrez pour les feuilleter quelques instants. Mais savez-vous vraiment à quoi ils servent ? Savez-vous ce qu’ils renferment ? Aujourd’hui, je vous offre une occasion de porter un regard nouveau sur eux.

Ces livres, grimoires, recueils etc. ont un point commun : conter l’invisible, le non dit, l’imaginaire ; faire rêver, voyager, transporter. Pourquoi ? Peut être pour rien si ce n’est le plaisir de se laisser transporter par une histoire mais, parfois, l’histoire se révèle être une aventure, la notre.

Les histoires et contes d’antan avaient pour but de narrer des faits, de transmettre des connaissances pour faire évoluer les savoirs.
Et si je vous disais que vous apprenez bien mieux en vous amusant ? Vous vous souvenez de vous enfant ? Souvenez vous du plaisir que vous preniez à jouer, ce plaisir qui vous permit de découvrir et d’apprendre des tas de nouvelles choses. Regardez faire les enfants, c’est tout simple. Vous voyez ? C’est de ce lien que je veux parler : du potentiel de notre créativité à apprendre, à imaginer, à créer. Les histoires sont là pour ça : elles transmettent un message sous forme de code, de voyage imaginaire où le conteur est le guide et l’auditoire l’élève.

Ces histoires ne sont pas perdues et bon nombre de personnes les emploient encore aujourd’hui pour transmettre des connaissances. Alors ne vous fiez pas aux apparences, un simple texte farfelu peu déceler bien des choses et vous serez toujours surpris d’apprendre de lui après de nombreuses relectures.
Si vous êtes toujours là c’est que vous êtes un minimum curieux alors, je vous en prie, continuez sur ce chemin.

Aujourd’hui, je vous parle d’un homme dont l’amour pour le monde des fées n’a d’égal que sa passion à conter : Pierre Dubois et son Elféméride.

L’auteur & le dessinateur

Pierre Dubois est un auteur, écrivain, conteur et conférencier français, spécialiste des fées et autres créatures fantastiques ou, tout simplement, Elficologue.

Il se passionne très tôt pour les contes et les fées qu’il aime à collecter et dessiner ce qui le conduisit très vite à travailler pour la radio et la télévision – ce qui allait être, pour lui, le début d’une longue route fantastique.

Il invente l’elficologie ou étude du petit peuple et ne cesse, dès lors, de travailler pour la préservation des savoirs anciens, des contes et légendes et de leurs messages.

Après des dizaines d’ouvrages et bandes dessinées sur le sujet, nous pouvons considérer qu’il est à ce jour l’un des auteur français les plus connus et influents sur le sujet.

Xavier Hussön est auteur et illustrateur de plusieurs livres tirés du folklore breton.

Il débute sa carrière dans la communication visuelle et travaille sur des conceptions de décors muséographiques (piraterie, monstres marins). C’est là qu’il tombe amoureux des contes et légendes et qu’il débute sa carrière d’auteur et illustrateur sur le sujet.

Le livre


Comme souvent, je commencerais ma présentation par un extrait du livre :

“Si vous voulez savoir pourquoi le coquelicot, malgré sa belle robe rouge, a le cœur noir, que ses pétales fanent si vite et qu’au lieu de parfum, il exhale une odeur de fumée …

Si vous voulez savoir quelles sont les sept herbes magiques de la Saint-Jean et à quel moment les cueillir ou pourquoi l’épi de blé est si court …”

L’elféméride, le grand légendaire des saisons, été

Ici, nous parlons de ces moments que vous avez peut être connus où, après une balade avec votre grand-père, il s’arrêtait et vous montrait une fleur. Alors s’ouvrait devant vous un livre animé de milliers de couleurs où le monde cessait de n’être que ce dont vos yeux étaient capables de voir. Si vous avez ces souvenirs, remémorez vous du bonheur que cela vous procurait. Eh bien, j’ai une bonne nouvelle, ce monde n’est pas mort avec l’âge, il ne tient qu’à vous d’en ouvrir à nouveau les portes en grand !

Pour cela, Pierre Dubois nous invite à visiter les différentes saisons au travers de son Elféméride. Ici, c’est à l’été qu’il s’attaque.

Au programme : contes et légendes vous expliquant comment la rose est née, pourquoi la tourterelle est si coquette ou encore qui sont les mystérieux mannikins.

Un vrai régal de mystère à dévorer des yeux, autant par l’écrit que par le visuel car l’association de Pierre et de Xavier est une véritable réussite.

Je n’irais pas plus loin dans cette présentation, vous laissant la plus grosse par du travail, celle de retrouver votre âme d’enfant.

L’invitation est donnée : le rapport entre fleurs et humains ne saurait être complet s’il n’admet pas la part du cœur. Nous pouvons les observer de bien des manières, apprécier leurs qualités décoratives, médicinales, culinaires, tinctoriales … mais si nous n’explorons pas toutes les facettes de cette relation, nous passons à côté de l’essentiel. Alors essayez ce petit chemin dans les bois, celui où personne ne va, errez, perdez-vous et découvrez ce monde merveilleux des petits êtres de nos contrées.

Concernant l’ouvrage, comme d’habitude, jetez y un coup d’œil et, si celui-ci vous parle, achetez le dans une librairie locale ou, mieux, d’occasion, votre acte n’en sera que plus juste. Côté tarif, l’Elféméride d’été est à 24€ en neuf.

Merci de m’avoir suivi jusqu’ici !

Bonne lecture à tous et à bientôt !