Samonios

ou le nouvel an celtique

Le 1er et le 2 novembre marquent le début de la nouvelle année.

Samhain, Samhuinn, Samahin, tous ces noms sont employés pour désigner la même période : le moment où l’année bascule dans sa phase sombre.

Samhain est le mot irlandais pour le mois de novembre et Samhuin, le mot gaélique écossais pour “Toussaint”. Tous deux signifient “fin de l’été”. Ce n’est que plus tard, au 7e siècle, qu’il fut christianisé et qu’il devint la Toussaint. Bien que cette fête se déroulait à des moments différents et sur une période plus ou moins longue, nous pouvons la considérer comme l’ancêtre de notre Halloween actuel (même si la signification moderne s’est un peu perdue). 

Si les dates de sa célébration sont aujourd’hui défines au 1er et 2 novembre, elles étaient autrefois mêlées au quotidien des habitants et la fête se préparait lorsque les conditions environnementales étaient bonnes (mouvement des animaux, des étoiles ; modifications climatiques ; observation des végétaux …). Ainsi, comme dans bien d’autres régions où ces fêtes de changement d’année se pratiquaient, le calendrier était “décalé” et s’adaptait à l’environnement. C’est la raison pour laquelle on observe différentes dates de célébration – les plus communes étant cependant les 2 premiers jours de novembre.

Comme dit précédemment, Samonios marque l’entrée dans la partie noire de l’année, celle où l’obscurité prend le pas sur la lumière (Beltaine, en mai, marquant l’entrée dans la phase claire de l’année, où la lumière prend le pas sur l’obscurité). Si l’éducation chrétienne occidentale peut nous orienter vers une vision manichéenne de la chose, il n’en est rien. L’ombre et la lumière sont les 2 faces d’une même pièce et l’une ne peut exister sans l’autre. Ainsi, Samain est l’occasion de se rendre compte de la part d’ombre qui est en nous, d’aller à la rencontre de nos peurs, faiblesses et illusions afin de les comprendre et de les accueillir pour avancer vers la nouvelle année.

 

Ella young

C’était Samhain – la Nuit du Rire des Dieux […]. Leurs palais flamboyaient sur les hauteurs et les crêtes venteuses du monde.

L’année celtique

Les celtes découpaient l’année en 8 fêtes, un moyen pour eux de vivre continuellement au contact des saisons et de rendre hommage à la nature (Dieux & Déesses, Terre & Ciel, Vie …) en se rassemblant lors de réunions entre différentes communautés. C’était un moyen de tisser des liens ou d’en nouer de nouveaux, de prendre des décisions politiques et juridiques, de jouer, danser, écouter de la musique mais aussi de manger et de boire.

Ces fêtes pouvaient se classer en 2 catégories : les 4 termes (Samhain, Imbolc, Beltaine et Lughnasadh) et les 4 fêtes solaires (Solstice d’hiver, équinoxe de printemps, solstice d’été et équinoxe d’automne). Nous les verrons au fil de l’année dans les prochains articles. Mais revenons à Samhain et à sa signification.

Parce que les longs discours ne sont parfois pas nécessaires, voici ce que nous pourrions retenir de cette période :

^

Accueillir, retisser des liens avec les ancêtres

^

Dire adieux à ce qui est vieux et se préparer au renouveau

^

Hommage aux morts et repos de la terre et de ses habitants

La pratique de Samonios peut être aisément intégrée dans notre quotidien. Il n’est pas nécessaire de se rassembler lors de cérémonies complexes pour rendre hommage au cycle des saisons. Tâchons de ne pas oublier la simplicité et redonnons un peu d’importance à ce qui nous entoure.

Voici 6 pratiques simples et accessibles à tous afin de vous mettre dans l’ambiance de cette période, si particulière : 

^

Faire le tour de son lieu de vie et jeter tous les objets dont on ne reconnaît ni l'utilité, ni la beauté.

^

Lire la biographie de quelqu'un que l'on admire.

^

Écrire nos soucis et toute chose qui nous pèse et dont on souhaiterait se débarrasser. Allumer une bougie et les brûler symboliquement dans les flammes.

^

Faire une rétrospective de ce qui fut et prendre le temps de remercier pour ce que l'on a reçu. Puis demander à qui on le souhaite (Dieu, Déesse, Vie, Esprit ...) protection et bénédiction pour l'année à venir.

^

Réfléchir à ce qu'évoque pour nous la mort et son symbolisme. Voir quelle part elle a dans nos vies et comment nous l'appréhendons.

^

Organiser un repas de famille pour partager un moment de convivialité et d'échange (dans le contexte du Covid, cela peut sembler compliquer ... je vous invite ici à la réflexion et au bon sens).

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, vous pouvez effectuer bien d’autres actions pour célébrer cette fête à votre guise. Il s’agit simplement de rester dans le mouvement de celle-ci : l’échange avec les anciens, l’adieu au passé et l’accueil du renouveau.

Aller plus loin

Toutes ces informations sont tirées de ma pratique, des cours de l’OBOD, des ouvrages et sites que j’ai pu lire ou consulter et des échanges entre pratiquants du druidisme. Pour aller plus loin, voici quelques pistes :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Personne offrant des bourgeons de sapin

Souscrivez à ma newsletter

Abonnez-vous pour recevoir chaque mois des infos et astuces naturelles !

Vous êtes bien inscrit !

Souscrire à la Newsletter formation

Souscrire à la Newsletter formation

Rejoignez ma liste de contact afin d'être tenu(e) informé(e) des prochaines dates de formation !

Vous êtes inscrit(e) à la liste !